VITICULTURE

Droits de plantation : tout ça pour ça !

18.12.2012 .


18.12.2012 Quel gâchis ! Pour Claire Laval, viticultrice à Pomerol, « l’affaire » des droits de plantation est surtout une aberration. Le groupe de réflexion à haut niveau (experts des 27 pays de l’UE*) a fini par faire une volte-face : alors que la suppression des droits de plantation était jugée obligatoire en 2008, c’est aujourd’hui le maintien de ces droits qui a été qualifié de « nécessité absolue ». Les modalités restent à fixer, mais elles devraient bien concerner tous les pays et tous les types de vin. « Ce qui et dingue, c’est qu’il a fallu deux ans de combat pour revenir à quelque chose d’aussi évident. Ça représente tellement de temps, de travail, d’énergie...» Claire Laval se réjouit de cette décision : « C’est quand même une victoire contre la pensée unique, celle de la libéralisation totale. La suppression des droits de plantation, c’est une remise en question de la conception même du vin. Mettre en concurrence des zones à très forte productivité avec des zones où elle est faible c’est nier le fait que, sous la dénomination vin, il existe une multitude de terroirs et de pratiques. » Cette avancée est à savourer avec vigilance tant que le texte n’est pas publié. « La preuve est faite qu’il existe des sujets sur lesquels le monde du vin arrive à se mettre d’accord. » Une raison pour un optimisme mesuré qui nous encourage à poursuivre ce combat.

POUR ALLER PLUS LOIN
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération paysanne