MOBILISATION

DECLARATION DE SOUTIEN A LA CONFEDERATION PAYSANNE PROCES 1000 VACHES - 28 octobre 2014



27.10.2014 Le 28 octobre 2014, neuf militants de la Confédération paysanne sont convoqués devant le tribunal d’Amiens. Leur crime ? Avoir réalisé un tag géant et avoir démonté quelques engins de chantier et une salle de traite. Mais ce n’est pas le plus grave. Ce qui les conduit aujourd’hui devant les juges, c’est de s’en être pris à l’usine des 1000 vaches, d’avoir refusé l’industrialisation de l’agriculture, d’avoir choisi l’action plutôt que de se résigner à disparaître.

Le nombre de paysans est en chute libre. La modernisation, qui a d'abord permis d'améliorer les conditions de travail, a conduit à une industrialisation de l'agriculture qui détruit progressivement le secteur. Il n'est plus question de sélectionner des semences à la ferme. Les industriels font la loi et nous imposent leurs OGM. Impossible aussi de gérer un troupeau avec le savoir-faire de l'éleveur, le puçage électronique des petits ruminants est obligatoire. Quant aux produits transformés sur la ferme, la multiplication des normes sanitaires a fait place nette pour les produits industriels.

Ce ne sont là que des traits saillants d'un mouvement poussé par les politiques agricoles. La PAC* continue à soutenir l'agrandissement et à exclure les plus petits. La Loi d'avenir agricole, votée en septembre, ne fait rien pour protéger les paysans. La fin des quotas laitiers encouragera une explosion de la production face à laquelle beaucoup ne tiendront pas le coup. De toutes parts, on appelle les paysans à augmenter les volumes, à réduire les coûts. On fait semblant d'oublier ce qu'est une crise de surproduction.

La ferme-usine des 1000 vaches est le symbole de cette folie. 9 millions de litres de lait, vendus à 250 euros la tonne alors que les éleveurs s'en sortent à peine avec 350 euros. Le lait devenu sous-produit du lisier qui vient alimenter un méthaniseur géant. Un projet dont la rentabilité ne tient qu'à la production d'énergie subventionnée.

Les paysans doivent-ils regarder leur métier disparaître sans rien faire ? Il était temps de lancer l'alerte, de crier l'urgence de réagir si nous voulons continuer à voir des paysans dans les campagnes.

La Confédération paysanne a donc pris ses responsabilités en allant, par trois fois, sur le chantier de l'usine des 1000 vaches. Le risque était grand, bien sûr, de se retrouver devant un juge. Mais que signifie ce risque face à celui de leur disparition ?

Aujourd'hui, cette action légitime est criminalisée. La Confédération paysanne est allée à l'encontre de la volonté de nos gouvernants qui pensent en cours de bourse et en balance commerciale. Des militants qui dérangent et la répression syndicale se met en marche. En face, le promoteur des 1000 vaches, Michel Ramery, a installé ses vaches, en toute impunité, malgré les irrégularités flagrantes et les méthodes d'intimidation dignes de films de gangsters. Le deux poids deux mesures est évident.

Le fossoyeur des paysans, 369e fortune de France, a donc bien plus de soutien que n'en ont quelques centaines de milliers de paysans. Et qu'importe que les fermes disparaissent du paysage, que la désertification des campagnes se poursuive, que le chômage continue d'augmenter, que nous n'ayons plus qu'une alimentation standardisée, pourvu que la finance continue à s'engraisser.

Dans ce système, il n'y a pas place pour la contestation. En agriculture comme ailleurs, il n'y a jamais rien d'exagéré quand il s'agit de protéger certains intérêts.

L'avenir de l'agriculture nous concerne tous !
Nous sommes solidaires des militants de la Confédération paysanne.
Nous réclamons leur relaxe !

 

Signataires : Brigitte Allain (députée, ancienne porte-parole de la Conf'), Emmanuel Antoine (MINGA), Didier Aubé (Solidaires), Clémentine Autain (Ensemble), Geneviève Azam (Attac), Romain Balandier (Fadear), Julien Bayou (EELV), Gilles Bazin (agronome), Olivier Besancenot (NPA), Simon Besnard (MRJC), Walter Bessan (citoyen résistant), Eric Beynel (Solidaires), Martine Billard (Parti de gauche), Christian Boisgontier (ancien porte-parole de la Conf'), Nathalie Bonnet (Sud rail), Christophe Bonneuil (chercheur au CNRS*), José Bové (député européen, ancien porte-parole de la Conf'), Bob Brac (BEDE), Jean Marc Bureau (FNCIVAM), Alain Cambi (Sud Rail), Jacques Caplat (Agir pour l'environnement), Philippe Catinaud (Réseau Semences Paysannes), André Chassaigne (PCF), Samuel Churin (Coordination des intermittents et précaires), Philippe Collin (ancien porte-parole de la Conf'), Patrick Cosnet (ancien agriculteur, comédien, créateur de la cie Cosnet), Cécile Cukierman (Sénatrice de la Loire, Conseillère régionale), Etienne Davodeau (dessinateur), Karima Delli (EELV), Gaby Dewalle (ancien porte-parole de la Conf'), François Dufour (Vice-Président à l'agriculture de la région Basse-Normandie, ancien porte-parole de la Conf'), Marc Dufumier (agronome), Nicolas Duntze (ancien porte-parole de la Conf'), Gérard Durand (ancien porte-parole de la Conf'), Julien Durand (Acipa / NDDL), Echanges et Partenariats/IPAM, Gérard Eripret (Amis de la Terre), Jean-Baptiste Eyraud (DAL), Gérard FIQUET (Solidarité Paysans), Bruno Gaccio (Nouvelle Donne), Jean Gadrey (économiste), Nicolas Galepides (Sud PTT), Susan George (Attac), Cécile Gondard-Lalanne (Solidaires), Alain Goutal (dessinateur), Bernadette Groison (Fsu), Iban Grossier (Bizi), Benny Haerlin (Save Our Seeds, Berlin, Germany), Régis Hochart (ancien porte-parole de la Conf'), Frédéric Jacquemart (GIET), Christian Jacquiau (économiste), Frantz Jénot (AFIP), Jean-François Julliard (Greenpeace), Antoinette et Georges Kappenstein (Frères des Hommes), Michel Kfoury (Novissen), Kris (scénariste BD), Joël Labbé (sénateur du Morbihan), Frédérique Landas (CGT Somme), Martine Laplante (Amis de la terre), Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne), Pierre Laurent (PCF), Alain Le Breton (Association des Amis de l'Accueil Paysan), Guy Le Fur (ancien porte-parole de la Conf'), Patrick Le Hyaric (député au Parlement européen, Vice président du groupe de la gauche unitaire européenne, directeur de l'Humanité), Philippe Légé (Economistes Atterrés), Gilles Lemaire (Attac), Richard Le Masson (Fédération Nationale Accueil Paysan), Hervé Le Meur (OGM Dangers), Corinne Lepage (Cap 21), René Louail (Conseiller régional, ancien porte-parole de la Conf'), Yves Manguy (ancien porte-parole de la Conf'), Françoise Martres (Syndicat de la magistrature), Xavier Mathieu (Syndicaliste Conti), Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), Luc Michelon et Yves Altazin (Frères des Hommes), Fabien Milin (Sud Douanes), Paul Molac (député du Morbihan), Jean Mouzat (Modef*), Serge Muller (Amis de la Conf'), Albert Ody (Peuples Solidaires), Gilles Piquet-Pellorce (Biocoop), Jocelyne Porcher (Directrice de recherches), Gerard Riffard (Anticyclone), Marie-Monique Robin (journaliste), Claude ROGER (AVSF), Christian Rouaud (réalisateur), Irmi Salzer (Oebv-Via Campesina Austria), Jean-Emile Sanchez (ancien porte-parole de la Conf'), Bernard Schmitt (MABD), Nicolas Sersiron (CADTM France), Denis Sieffert (journaliste), Pablo Solon (Focus on the global south), Claude Taleb (vice-président de la Région Haute-Normandie chargé de l'agriculture), Jacques Testart (scientifique), Thierry Thevenin (Les simples), Aurélie Trouvé (Attac), Hanny Van Geel (Coordination européenne Via Campesina), François Veillerette (conseiller régional de Picardie, Générations Futures), Chrisitan Vélot (scientifique), Patrice Vidieu (ancien porte-parole de la Conf'), Dominique Voynet (ancienne ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement), Amélie CANONNE (AITEC), Valérie ROSENWALD (Terre de liens), Pierre-Henri GOUYON (Professeur Muséum National d'Histoire Naturelle, AgroParisTech, ENS, Sciences Po), Geoffroy RAOUT (Fédération Nature & Progrès), Bérangère STORUP (Fondation Sciences Citoyennes), Bas VAN ZUIJLEN (Chrétiens du Monde Rural), Jyoti Fernandes (Land Workers Alliance), Unai Aranguren et MariCarmen García (La Via Campesina - Mouvement Paysan International), Olivier LEBERQUIER (Délégué syndical CGT FRALIB), Léo Coutellec (MIRAMAP), Bio Consom'acteurs

MOBILISATIONS
10 JOURS POUR SIGNER
A partir du 1er décembre, Amnesty International lance sa campagne "10 JOURS POUR SIGNER".
en savoir +
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération paysanne