SOCIAL

Parce qu'il y a une urgence humaine !

29.09.2016 . La Confédération paysanne a décidé de travailler, sur des propositions de court terme afin de faire face, le plus vite possible aux situations dramatiques que vivent de plus en plus de paysannes et de paysans.


29.09.2016 Le 13 septembre, à Rennes, la Confédération paysanne a présenté son plan d'urgence pour les paysannes et paysans victimes de la crise. Le syndicat propose un ensemble de mesures qui peuvent être mises en place très rapidement pour soutenir chaque foyer et chaque ferme mis à mal par cette crise.

Derrière chaque crise son lot de drames, de détresse, de désespoir aussi. La Confédération paysanne a donc décidé de travailler, sur des propositions de court terme afin de faire face, le plus vite possible aux situations dramatiques que vivent de plus en plus de paysannes et de paysans.

Il se décline en deux parties distinctes et complémentaires :

- Comment subvenir le plus rapidement possible aux besoins immédiats des ménages, autrement dit, « faire bouillir la marmite »

- Comment préserver les fermes, les outils économiques des paysans, « faire tourner la ferme »


Les deux volets présentés sont des mesures simples ou plus complexes, mais dans tous les cas répondant pleinement aux besoins immédiats.
En effet, il est totalement délirant de voir qu'après une année de crise (sur l'élevage, mais aussi en production végétales, en apiculture, en conchyliculture…), ce sont encore et toujours les foyers, les ménages qui sont la variable d'ajustement de la perte de revenu. Les prélèvements automatiques permettent à la grande majorité des créanciers d'être servis directement et, de fait, prioritairement. Il ne reste donc bien souvent aux paysannes et aux paysans que leurs yeux pour pleurer en fin de mois.
Il est inadmissible de laisser dans cette précarisation la plus inique des gens qui sont victimes de la crise alors que l'agro-alimentaire est florissant, poussant même l'outrecuidance, comme Danone, jusqu'à annoncer que, si leurs bénéfices sont records, c'est grâce au prix du lait qui est bas ! Les profits indécents des uns... la misère des autres.
Il y a donc plusieurs niveaux. Ne pas relâcher notre pression sur les acteurs de l'agro-alimentaire (plainte contre les extorqueurs, revendiquer une juste répartition des marges au sein des filières), continuer d'appuyer de toutes nos forces la mise en place de l'agriculture paysanne comme ligne d'horizon permettant de sauver tous les paysans, et les mécanismes politiques pour éviter de replonger dans les crises : régulation, répartition, réorientation des primes !
Mais en attendant, pour garder les paysannes et les paysans, il nous faut arracher des mesures rapides, simples et efficaces pour que toutes et tous puissent vivre décemment. Nous avons donc porté ce plan auprès des paysans au Space* et à Cournon (1). Nous avons rencontrés Stéphane le Foll et ses services. Nous avons tenté en vain de rencontrer Manuel Valls. Nous avons rencontré Boris Vallaud, secrétaire général de l'Elysée, et Marie-France Cazalères, conseillère agricole de François Hollande).
Ce plan d'urgence élaboré avec toutes les forces vives de la Confédération paysanne est la solution immédiate aux maux des ménages et des fermes. Bien évidemment, il ne nous affranchit pas de nous battre contre ces politiques de plus en plus libérales qui n'ont pour seul but de faire de nous des travailleurs à façon, asservis et précarisé, de l'industrie agro-alimentaire… Nous n'allons pas nous laisser faire !


Laurent Pinatel,
paysan dans la Loire,
porte-parole national



(1) Le Salon des productions aninales (Space*) s'est tenu à Rennes du 13 au 16 septembre, le Sommet de l'élevage s'est tenu à Cournon, près de Clermont-Ferrand, du 5 au 7 octobre.

LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération Paysanne