Home > Nos positions > Les équins sont des animaux d'élevage !
Partager sur :

EQUIDÉS : NOS POSITIONS

Les équins sont des animaux d'élevage !

A la Confédération paysanne, nous demandons que le cheval et autres équidés soient enfin considérés réellement comme des animaux d'élevage et la filière équine comme filière agricole.

 

Le cheval est une réalité de l'agriculture et de la ruralité française.
Cependant, l'historique n'a pas forcément été au dialogue avec le monde agricole. Les structures de formation ne sont pas les mêmes. Les éleveurs équins peuvent se retrouver dans la définition de paysan et dans le projet politique de la Confédération paysanne qui passe par le développement de l'agriculture paysanne, la défense des petites structures, du revenu paysan, des pratiques respectueuses des humains, des animaux et des ressources naturelles. L'élevage équin peut être source d'emplois, notamment les structures équestres rurales qui produisent leurs fourrages, dont beaucoup contribuent à la démocratisation de l'équitation en milieu rural. Cela rejoint notre combat pour l'animation de campagnes dynamiques.

Nos propositions pour le revenu des éleveurs

  • Un retour de la TVA à un taux réduit pour l'ensemble des activités de la filière équine.
  • Une simplification de l'éligibilité aux aidesPac pour les éleveurs.euses ayant des équidés, propriétaires de structures équestres en milieu rural qui produisent des fourrages sur des surfaces agricoles. Les mesures agroenvironnementales et climatiques (Maec) ne doivent pas exclure les équidés dans leurs critères d'éligibilité.
  • La poursuite de la mutualisation du coût de l'équarrissage afin de faire baisser le coût exorbitant de ce dernier, notamment en privilégiant la voie bouchère. Celui qui exclut l'animal de la voie bouchère doit en supporter le prix.
  • Les tarifs des prestations d'élevage (iden- tification, échographie, insémination…) doivent être comparables à ceux pratiqués dans les autres filières animales.

Nos propositions pour la durabilité du métier d'éleveur

Un bon revenu est la première condition pour l'avenir des éleveurs équins. Face aux enjeux sociétaux et écologiques, nous devons nous appuyer et promouvoir le lien au sol fort et le pâturage dans les élevages équins français, tant pour l'autonomie sur la ferme que pour le bien-être animal. C'est à cette condition que nous répondrons efficacement aux attaques incessantes du mouvement végan qui milite pour abolir l'élevage, quelle que soit sa forme.


Les revendications de la Confédération paysanne pour un meilleur fonctionnement de la filière équine sont :

■ Un pilotage démocratique et transparent de la filière. L'IFCE, structure héritée des haras nationaux, n'apporte plus de services intéressants pour les éleveurs. Pire, il intervient dans des domaines en concurrence avec les acteurs de la filière, notamment dans le domaine de la formation. Les missions de service public doivent être réassumées par le ministère de l'Agriculture et celui des Sports. Une structure avec une gouvernance interprofessionnelle claire doit remplacer l'IFCE

■ Garantir une traçabilité totale sur l'ensemble de la filière, ce qui suppose que tout propriétaire remplisse le cahier pharmaceutique. Pour cela, il faut notamment mettre fin à la possibilité d'exclure un équidé du circuit de l'alimentation humaine pour les détenteurs au cours de la vie de l'animal

■ La résolution du problème des autorisations de mise sur le marché (AMM*) des médicaments qui ne sont pas renouvelées pour l'espèce équine par les laboratoires au regard du coût de la procédure, ce qui engendre la sortie d'un nombre considérable de chevaux de la filière bouchère

■ La reconnaissance de l'énergie animale comme énergie renouvelable par les pouvoirs publics nationaux et européens

■ Le soutien à la recherche sur la mécanisation en traction animale

■ Un soutien à la valorisation des systèmes herbagers et pastoraux et aux pratiques en complémentarité avec les autres filières agricoles (par exemple, pâturage mixte bovins/équins, utilisation du cheval en maraîchage/viticulture)

■ Un soutien à la valorisation des systèmes herbagers et pastoraux et aux pratiques en complémentarité avec les autres filières agricoles (par exemple, pâturage mixte bovins/équins, utilisation du cheval en maraîchage/viticulture)

 

A télécharger

Plaquette équidés


Nos propositions pour les paysannes et les paysans
Pourquoi voter aux élections chambre
À TÉLÉCHARGER
TROUVEZ UNE CONF'
CAMPAGNES SOLIDAIRES
NOUS CONTACTER Mentions légales
Copyright 2018 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
104 Rue Robespierre, 93170 Bagnolet - Tél +33 1 43 62 04 04