COMMUNIQUE DE PRESSE

Plan Loups : les éleveurs restent seuls face à leur désarroi !

19.02.2018

Le Plan Loups présenté ce jour par le gouvernement s'inscrit malheureusement dans la continuité des précédents et ne prend toujours pas en compte la situation des éleveurs et de leurs troupeaux victimes de la prédation. Ce plan est loin de remettre « l'église au milieu du village », comme s'y était pourtant engagé Emmanuel Macron le 25 janvier dernier lors de ses vœux au monde agricole.
Ce plan ignore les éleveurs et la situation qu'ils endurent. Pire, il se fixe un objectif d'une population de 500 loups d'ici à la fin du quinquennat, contre 360 aujourd'hui ! Tout en imposant la conditionnalité entre moyens de protection et indemnisation des victimes, sans réelle volonté de dédommager l'intégralité du préjudice.
Ce plan marque une nouvelle fois une absence totale de considération pour les éleveurs qui n'ont toujours pas été entendus malgré les propositions que la Confédération paysanne a portées depuis des semaines.
De plus, ce Plan Loups ne s'accompagne pas d'un budget qui permettrait d'anticiper réellement les effets de la prédation : rien sur les appuis des brigades de bergers, pas de statut pour les chiens de protection ce qui va occasionner en plus des conflits de voisinage ; rien sur les fronts de colonisation et l'anticipation des moyens de protection. Quant aux autorisations de tirs, elles vont être multipliées pour les éleveurs et les ayant droits ce qui signifiera une augmentation des hommes armés pour un résultat que l'on connaît : l'année dernière les 1300 autorisations de tirs ont permis d'abattre 5 loups.
L'année dernière, la seule protection a coûté 26 millions d'euros, dont 5 millions à la charge des éleveurs pour un résultat dérisoire, puisque plus de 11 000 bêtes ont été tuées. Encore une fois, ce sont aux éleveurs de s'adapter à la présence du loup et non l'inverse, et ce malgré ce qu'avait affirmé le Président de la République disant vouloir placer « les paysans au milieu de la montagne ». Ce plan ne défend ni le pastoralisme ni l'élevage de plein air pourtant garants de la biodiversité et d'une alimentation de qualité.
C'est pourquoi la Confédération paysanne prendra ses responsabilités face à ce Plan Loups !


Contacts :
Laurent PINATEL - Porte-parole de la Confédération paysanne - tél: 06 80 58 97 22
Nicolas GIROD - Secrétaire national - tél: 06 07 55 29 09
Marc BAUDREY - commission prédation - tél: 0623123891
Caroline NUGUES - Chargée de communication - tél: 06 95 29 80 78
POUR ALLER PLUS LOIN
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération paysanne