COMMUNIQUE DE PRESSE

Commission européenne : une PAC post 2020 sans ambition ni orientation !

04.06.2018

Alors que les crises agricoles se succèdent, que les citoyens remettent en question la légitimité des institutions européennes, la proposition législative de la Commission européenne pour la PAC* post 2020 est sans ambition ni orientation pour l'agriculture européenne. Elle continuera donc à éliminer les paysan-ne-s, à dégrader l'environnement, le climat, la biodiversité et la qualité de notre alimentation. Ce projet n'a d'ailleurs plus grand chose à voir avec une politique commune, tant il renvoie le choix des mesures et des budgets à chacun des États membres. Ils y mettront le peu d'ambition qu'ils souhaiteront, avec le risque d'aggraver encore les distorsions de concurrence entre États.

Aucune mesure de régulation et de maîtrise des marchés n'est proposée, le paysan doit se tourner vers les filières et les assurances pour se protéger. Les assurances privées sont largement mises en avant, puisque les États membres auraient l'obligation de se doter d'outils de gestion des risques et de financer le déclenchement des assurances à partir de 20% de pertes. Ce qui consommerait le faible budget du développement rural. La baisse des paiements découplés et l'ouverture aux cultures non alimentaires aurait un effet catastrophique sur nos filières en difficulté.

Cette PAC* post 2020 pourrait offrir un signal positif avec la possibilité pour les États membres d'orienter une partie des aides vers les fermes aux surfaces moyennes avec un plafonnement obligatoire assez bas et un paiement redistributif conséquent. Or le niveau de dégressivité annoncé par la Commission européenne serait insignifiant au niveau français. Les petites fermes auraient besoin de reconnaissance et de mesures spécifiques.

De plus, la flexibilité offerte aux États limitera la portée de certaines mesures : le paiement redistributif et l'éco-dispositif qui permettraient de réorienter l'agriculture européenne ne pourront le faire sans un budget et des objectifs ambitieux.

La Commission européenne se montre une nouvelle fois déconnectée de la réalité paysanne et des attentes des Européen-ne-s. Les paysan-ne-s exigent des prix qui tiennent compte de la valeur de leur travail et de leurs productions. Les citoyen-ne-s demandent une PAC* au service d'une alimentation de qualité et préservant l'environnement. Avec ce projet, la PAC* restera au service des marchés et des marchandises.

La Confédération paysanne appelle donc les députés européens et le gouvernement français à revoir largement ce projet en impulsant des objectifs européens ambitieux pour garantir des prix, du revenu, l'emploi, l'élevage, la vie des territoires, la relocalisation des productions, l'environnement, la souveraineté alimentaire et la qualité de l'alimentation.


Contacts :
Laurent PINATEL - Porte-parole de la Confédération paysanne - tél: 06 80 58 97 22
Thierry JACQUOT - Secrétaire national - tél: 06 14 99 36 35
Caroline NUGUES - Chargée de communication - tél: 06 95 29 80 78
POUR ALLER PLUS LOIN
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération Paysanne