PRÉDATEURS ET GRAND GIBIER

Lâcher d’ourses : le mépris pour l’élevage pastoral doit cesser



04.10.2018 C'est par hélicoptère qu'a dû se faire ce matin l'introduction des deux ourses dans les Pyrénées, selon des témoignages recueillis par France Bleu Béarn, ce qui témoigne du climat de tension qui règne dans la vallée d'Aspe du fait de la non-écoute du Ministère sur ce dossier. Il est vraiment regrettable que l'État ne mette pas les mêmes moyens pour faire baisser la pression de la prédation en Ariège, alors que même les dossiers de dommages « ours » dans ce département atteignent le nombre de 379 (au 20 septembre 2018) contre 239 en 2017.

La Confédération paysanne regrette une nouvelle fois que ne soit pas pris en compte l'impasse dans laquelle se trouvent les éleveur-e-s et berger-e-s confrontés à la prédation ni l'avis des populations concernées. Les moyens de protection existants - chiens, clôtures, gardiennage… - ont très largement montré leur limite. Nous rappelons la nécessité de la création d'une brigade de piégeage non létal et d'effarouchement des ours. Qu'envisage le gouvernement pour remplir son obligation de protection des troupeaux conformément à l'article L113-1 du code rural ? Pour atteindre cet objectif, la protection des troupeaux doit intégrer à minima cette possibilité d'action sur le prédateur.

La Confédération paysanne exige donc de l'Etat qu'il entende enfin la détresse exprimée et les difficultés que pose la prolifération des grands prédateurs comme l'ours dans les territoires d'élevage pastoral et qu'il y réponde par des actes forts.

POUR ALLER PLUS LOIN
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération paysanne