Home > Actualités > Rapport sur l’Observatoire « Chalmin » : et les marges des paysans ?
Partager sur :
FRANCE
22.11.2012

Rapport sur l’Observatoire « Chalmin » : et les marges des paysans ?

A l'occasion de la table ronde faisant suite à la publication du rapport Chalmin, la Confédération paysanne tient à rappeler son analyse et ses revendications : OK pour la transparence… y compris à la production. Pour la Confédération paysanne, tout ce qui va vers une meilleure transparence des prix, des marges et des marchés va dans le bon sens, sous réserve d'aller jusqu'au bout de la démarche. Il faut être en mesure de déterminer les marges sur l'ensemble de la filière y compris les marges à la production. Les marges des paysans, c'est leur revenu. Pour les paysans, les marges sont d'abord constitutives de leur revenu. A quoi servirait de parler des marges des transformateurs ou de la distribution si le prix payé aux paysans français ne leur permet pas de vivre de leur métier, d'avoir un revenu suffisant ?
Les marges des paysans, c'est leur revenu.

Pour les paysans, les marges sont d'abord constitutives de leur revenu. A quoi servirait de parler des marges des transformateurs ou de la distribution si le prix payé aux paysans français ne leur permet pas de vivre de leur métier, d'avoir un revenu suffisant ?

Attention à ne pas mettre en concurrence les producteurs !

C'est toujours intéressant de regarder sur quel secteur ou sur quels produits, la distribution par exemple fait ses marges. Mais en tant que syndicat généraliste représentant l'ensemble des filières, nous devons être vigilants sur la tentation des distributeurs de faire des promotions sur le dos de certaines catégories de paysans en opposant par exemple les producteurs de fruits et légumes aux producteurs de viande ou réciproquement !

Des prix toujours orientés à la baisse

Il faut se méfier des prix observés : le prix à la distribution est le fruit de promotions ici ou là (en dehors des situations de crises comme en fruits et légumes) et de prix payés aux producteurs français, quand les produits viennent de France mais aussi de prix d'importation.

Des stratégies de type « low cost » à partir d'approvisionnements au prix le plus bas, vont à l'encontre des intérêts des paysans à court terme et de l'ensemble des filières à moyen et long terme. Demain, les transformateurs et les distributeurs ne trouveront plus sur place les produits ou les matières premières à transformer, ni les produits finis, à partir de productions locales, régionales ou nationales pour répondre aux attentes des consommateurs.

 

Contacts  :

Philippe Collin, Porte-parole : 06 76 4 .07 18

Gérard Durand, Secrétaire national, 06 80 72 32 74

TROUVEZ UNE CONF'
CAMPAGNES SOLIDAIRES
NOUS CONTACTER Mentions légales
Copyright 2018 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
104 Rue Robespierre, 93170 Bagnolet - Tél +33 1 43 62 04 04