Home > Nos positions > La vie pastorale n’est pas compatible avec la présence du loup
Partager sur :

LOUP : NOS POSITIONS

La vie pastorale n’est pas compatible avec la présence du loup

Devant l'inefficacité des mesures de protection, une politique de régulation du loup est indispensable. L'Etat doit prendre ses responsabilités et ne pas se contenter de déléguer le travail aux éleveurs.

La Confédération Paysanne demande donc :

  •  Le retrait des loups des espèces protégées dans la convention de Berne et la Directive Habitat ;
  •  Que les prélèvements de loups soient effectués en fonction des dégâts aux troupeaux et pas dans un cadre de gestion de l'espèce. L'objectif central des prélèvements doit être la baisse de la prédation, pas un tableau de chasse ;
  •  Que les prélèvements par tirs ou piégeage soient ciblés et réalisés avant tout par les services de l'État dans toutes les zones d'élevage y compris les cœurs de Parcs nationaux ;
  •  La création de brigades d'intervention dans l'ensemble des départements, en lien avec le front de colonisation ;
  •  L'anticipation de la colonisation des départements limitrophes avec un déblocage des aides aux moyens de protection, notamment sur l'achat et l'entretien des chiens de protection.
     

La Confédération paysanne s'oppose à :

  •  Toute forme de zonages ou de gestion différenciée qui conduirait à une inégalité de traitement selon les territoires ;
  •  La mise en place d'une conditionnalité entre moyens de protection et indemnisations

 

A voir

 

A télécharger


Loups et pastoralisme, l'impossible cohabitation

TROUVEZ UNE CONF'
CAMPAGNES SOLIDAIRES
NOUS CONTACTER Mentions légales
Copyright 2018 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
104 Rue Robespierre, 93170 Bagnolet - Tél +33 1 43 62 04 04