Home > Communiqués de Presse > La Loi Montagne ignore l’agriculture
Partager sur :

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Loi Montagne ignore l’agriculture

12.12.2016

Le Sénat se penche, à partir d'aujourd'hui, sur le Projet de loi de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne. La première loi était porteuse de grandes intentions, mais sans mise en œuvre effective. Sa révision conserve un texte généraliste, qui ne donne aucun moyen concret à l'agriculture pour permettre le maintien et l'installation de paysans en montagne.

La Confédération paysanne dénonce ce texte qui voudrait privilégier le tourisme de masse et la sanctuarisation de la vie sauvage sur les territoires de montagne au détriment des paysans, alors que ceux-ci créent des dynamiques, entretiennent les paysages, créent de l'emploi. Cette loi montagne enferme une nouvelle fois la ruralité et ses paysans dans un point de vue purement urbain oubliant au passage la nécessité de conserver et développer l'agriculture de montagne.

La Confédération paysanne souhaite que la loi montagne demeure et soit améliorée pour permettre une véritable reconnaissance et un soutien renforcé à l'agriculture. Cette amélioration passe par :

  • Une meilleure représentativité des agriculteurs français : toutes les organisations syndicales à vocation générale représentatives doivent pouvoir siéger au Conseil national de la montagne.
  • Une meilleure compensation des handicaps que subissent tous les paysans en montagne. Certes l'Indemnité compensatoire de handicap naturel reconnaît les difficultés particulières mais est exclusivement dédiée aux surfaces d'élevage et rien n'est prévu pour les autres productions et/ou celles utilisant de petites surfaces.
  • La préservation du foncier agricole : les avis de la Commission départementale de la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers (CDPENAF) doivent donc être contraignants.
  • La reconnaissance de l'intérêt de l'élevage pastoral par la protection, l'accompagnement et l'indemnisation des dégâts causés par les prédateurs protégés (loups, ours, lynx) qui le mettent en péril, sans différenciation pour toutes les zones d'élevage.


Plus qu'ailleurs, l'agriculture de montagne, de par ses contraintes naturelles, se doit d'être fortement soutenue tant dans le cadre de la PAC* que par des mesures territorialisées. Les paysans sont un maillon essentiel de ces territoires qu'ils font vivre et entretiennent au quotidien. Tous les moyens doivent être mis pour maintenir et développer leurs activités.


Contacts :
Laurence MARANDOLA - Commission montagne - tél: 06 31 66 10 83
Laurent PINATEL - Ancien porte-parole de la Confédération paysanne - tél: 06 80 58 97 22
POUR ALLER PLUS LOIN
TROUVEZ UNE CONF'
CAMPAGNES SOLIDAIRES
NOUS CONTACTER Mentions légales
Copyright 2018 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
104 Rue Robespierre, 93170 Bagnolet - Tél +33 1 43 62 04 04