Home > Communiqués de Presse > Santé, environnement, brevets : les OGM sont un danger pour ...
Partager sur :

COMMUNIQUE DE PRESSE

Santé, environnement, brevets : les OGM sont un danger pour l’agriculture paysanne

14.12.2018

La publication de l'étude dite OGM90+ est largement présentée comme un démenti de celle publiée en 2012 par l'équipe du professeur Séralini. Malgré l'empressement de décrédibiliser cette dernière, la seule chose qu'on puisse affirmer avec certitude est qu'on ne peut pas conclure le débat : l'étude OGM90+ ne reproduit pas l'étude de Séralini alors que c'était l'objectif affiché. En effet, aussi bien du point de vue méthodologique que des questions posées, les études ne sont pas comparables. Il serait bienvenu que l'évaluation du risque sanitaire soit revue en profondeur et que des études réellement à long terme soient réalisées par une recherche publique indépendante.

La Confédération paysanne alerte depuis longtemps sur le risque environnemental que représente la culture de plantes génétiquement modifiées sélectionnées pour être tolérantes aux herbicides, que celui soit le Roundup ou des ALS. L'étude OGM90+ confirme ces craintes. En effet, ces chercheurs ont constaté que les croquettes utilisées pour nourrir leurs cohortes de rats contenaient toutes du glyphosate, y compris les lots produits en agriculture biologique. Le soja composant ces croquettes a été produit en Amérique du Sud où la culture des plantes génétiquement modifiées tolérantes au Roundup est très développée.

Si les impacts sur l'environnement et la santé animent des controverses scientifiques, le danger d'appropriation du vivant reste la raison principale de notre opposition aux OGM. La décision annulant l'interdiction de breveter les caractères des plantes et des animaux sélectionnés au sein de la biodiversité naturellerendue le 5 décembre par l'Office européen des brevets (OEB) suite à un recours de Syngenta est en ce sens une très mauvaise nouvelle. Alors que les nouveaux brevets portent sur des plantes ou des animaux contenant des informations génétiques obtenues par des nouvelles techniques de manipulation génétique, les multinationales des biotech prétendent qu'ils peuvent être obtenus par des procédés traditionnels de sélection tout en affirmant faire « la même chose que la nature, juste en allant plus vite ».

La portée de ces brevets s'étend ainsi à toutes les plantes et à tous les animaux sélectionnés par des paysans ou des petits semenciers et qui contiennent naturellement les mêmes « informations génétiques ».

Cette légalisation de la biopiraterie n'est que le dernier avatar du plan de privatisation de la nature par l'industrie des biotechnologies. Encore une fois, c'est le droit des paysan-ne-s à ressemer et échanger librement les grains et plants produits dans leur ferme qui est attaqué.

La Confédération paysanne, membre de la Coordination européenne Via Campesina, soutient l'appel à l'Union européenne et ses États membres pour que soit respectée la décision de juin 2017 et interdit définitivement tout brevet sur les organismes vivants.


Contacts :
Laurent PINATEL - Porte-parole de la Confédération paysanne - tél: 06 80 58 97 22
Christine RIBA - Secrétaire nationale - tél: 06 07 02 25 42
Caroline NUGUES - Chargée de communication - tél: 06 95 29 80 78
POUR ALLER PLUS LOIN
TROUVEZ UNE CONF'
CAMPAGNES SOLIDAIRES
NOUS CONTACTER Mentions légales
Copyright 2018 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
104 Rue Robespierre, 93170 Bagnolet - Tél +33 1 43 62 04 04