Home > Communiqués de Presse > Procès de francisation du kiwi en Ardèche : la Conf' s’est portée ...
Partager sur :

COMMUNIQUE DE PRESSE

Procès de francisation du kiwi en Ardèche : la Conf' s’est portée partie civile

10.06.2020

Ce mardi 9 Juin 2020, la Confédération paysanne s'est portée partie civile à Privas (07) dans le procès d'un commerçant de fruits et légumes bio, condamné à 70 000 € d'amendes après avoir frauduleusement commercialisé plus de 400 tonnes de kiwi importés en les faisant passer pour des fruits français afin de préserver ses marges. Cette initiative intersyndicale a été menée avec la Fédération des producteurs de fruits et la Coordination rurale. Toutes les demandes de partie civile ont été jugées recevables par le tribunal et ont fait l'objet de dommages et intérêts, au titre du préjudice causé à l'ensemble des paysan·nes.

La Confédération paysanne condamne sans réserve la francisation des produits importés, malheureusement trop fréquente dans une filière fruitière où l'étroitesse des marges et l'afflux de marchandises importées à bas prix incitent certains opérateurs à la fraude.

Non seulement ces pratiques renforcent la pression exercée par la concurrence étrangère sur la production française, mais elles contribuent aussi à invisibiliser le cataclysme que connaît la filière fruitière en France. Minés par les aléas climatiques et surtout par les prix dérisoires imposés par nos concurrents européens, plus d'un tiers des arboriculteurs et arboricultrices en France ont mis la clef sous la porte en 6 ans.

Les distorsions de concurrence dont bénéficient les fruits et légumes importés, en raison notamment de réglementations sociales et de pratiques environnementales au rabais dans de nombreux pays européens, sont les véritables problèmes que cache la fraude à l'origine. C'est pourquoi la Confédération paysanne demande l'instauration de prix minimum d'entrée sur le marché français, applicables à l'ensemble des fruits et légumes importés. Ce mécanisme, qui reposerait sur un meilleur contrôle des activités d'importation, est la condition nécessaire pour enfin enrayer l'effondrement du secteur en France, tout en contribuant à une harmonisation sociale par le haut en Europe.

Enfin, cette fraude à l'origine de quelques uns risque de jeter le discrédit sur toute une filière « Fruits et légumes » française déjà en grande difficulté et d'entraîner une perte de confiance des consommateurs qui font la démarche d'acheter des produits fermiers locaux.

Compte tenu de la demande accrue liée au confinement de ces dernières semaines, nous réaffirmons qu'il y a au contraire urgence à rassurer les consommateurs quant à la possibilité d'avoir accès à des produits locaux et de qualité permettant à de nombreux paysan.nes de vivre dignement de leur métier sur nos territoires.
 


Contacts :
Nicolas GIROD - Porte-parole de la Confédération paysanne - tél: 06 07 55 29 09
Damien HOUDEBINE - Secrétaire national - tél: 06 64 29 17 79
Roberto LIMENTANI - Chargé de communication - tél: 06 95 29 80 78
POUR ALLER PLUS LOIN
TROUVEZ UNE CONF'
CAMPAGNES SOLIDAIRES
NOUS CONTACTER Mentions légales
Copyright 2018 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
104 Rue Robespierre, 93170 Bagnolet - Tél +33 1 43 62 04 04